La ville de Pau (capitale du Béarn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La ville de Pau (capitale du Béarn)

Message par Admin le Dim 12 Mar - 16:39


Le château et le gave


La statue de Fébus face aux Pyrénées.


  • Gaston III de Foix-Béarn dit Gaston Fébus (selon sa signature, on trouve parfois Phébus ou Phœbus), né le 6 décembre 1331 à Orthez ou à Foix1 et mort le 15 août 1391 à L'Hôpital-d'Orion, comte de Foix, vicomte de Béarn, viguier d'Andorre est un seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc, de même qu'un écrivain de langue française avec son célèbre ouvrage, le Livre de chasse2, un manuscrit illustré sur la vénerie, et un auteur de poésies en gascon.

    Sur le plan politique il est ambitieux et profite des conflits entre les monarchies française et anglaise pour revendiquer une autonomie pour le Béarn où il tient sa cour. Cette volonté de se présenter comme un prince indépendant n'est pas du goût des Capétiens mais il est suffisamment habile pour ne pas avoir à subir des représailles qui l'empêcheraient de mener à bien son projet. C'est d'ailleurs là que réside l’ambiguïté de son statut entre vassalité et autonomie plus ou moins réelle. Il semble qu'il avait également pour projet d'étendre ses possessions tout au long des Pyrénées entre le Béarn et le comté de Foix. En Gascogne, il fut un adversaire de la maison d'Armagnac.

       « Il avait été vaillant prince en son temps et subjugua tous ses voisins, et était bien aimé, honoré et prisé, craint et redouté. »

    — Jean Jouvenel des Ursins

    Dans ses chroniques, Jehan Froissart écrit sur Fébus.. " J'ai vu bien des chevaliers, des rois, des princes. Mais jamais je n'en vis qui fut de si magnifique stature et de si merveilleuse prestance. Son visage était très beau, coloré et rieur. Ses yeux étaient verts et amoureux. En toutes choses il était parfait. Il aimait ce qu'il devait aimer, haïssait ce qu'il devait haïr. Il était aimable et accessible à toutes gens et il leur parlait doucement et amoureusement.

    Mais dans son courroux nul n'avait pardon."

Il est le fils de Gaston II de Foix-Béarn, comte de Foix, vicomte de Béarn, et d'Aliénor de Comminges. Gaston II étant mort à Séville, Gaston III succède très jeune (12 ans) à son père en 1343 sur des territoires morcelés : à l'ouest, les vicomtés de Béarn (situé de nos jours dans l'est des Pyrénées-Atlantiques), de Marsan et de Gabardan (actuellement dans les Landes et le Gers) ; à l'est, le comté de Foix (actuellement l'Ariège), les Basses-terres albigeoises (une partie du Tarn actuel) et le Lautrec ; au milieu, le Nébouzan, autour de Saint-Gaudens (dans la Haute-Garonne). Sa mère assure la régence jusqu'à ses 14 ans.

On lui attribue la construction du château de Losenac (il est vicomte de Marsan) en 13443, afin de renforcer les défenses de Mont-de-Marsan.

Pour les possessions occidentales, Gaston III doit hommage au roi d'Angleterre, Édouard III, duc de Gascogne (il se dit seigneur de Béarn alors qu'il n'est que vicomte devant prêter hommage au Prince noir), et, pour les possessions orientales, au roi de France, Philippe VI de Valois. Cette disposition particulière conduit les rois rivaux de France et d'Angleterre à ménager le comte de Foix pour éviter qu'il ne passe dans l'autre camp. Avec cette stratégie, Gaston Fébus parvient à rester assez neutre. Ses domaines sont donc relativement épargnés des désastres de la guerre de Cent Ans. De plus, il est redevable du roi d'Aragon pour une partie de l'Andorre et de la province du Roussillon4.

Lorsque la guerre de Cent Ans éclate, Gaston III devant pourtant le service de l'ost n'y participe pas et, le 26 septembre 1347, il reconnaît son allégeance au roi de France pour le comté de Foix, mais il déclare que le Béarn est neutre dans ce conflit et qu'il ne tient son pays que de Dieu et de son épée.

Le 4 août 1349, Gaston III épouse à Paris Agnès de Navarre (1334-1396), fille de Phillippe d'Évreux et de Jeanne II de Navarre, proche parente du roi de France et aussi sœur du roi Charles II de Navarre.

Agnès lui donne un fils, Gaston, en septembre 1362, dont Charles II de Navarre est le parrain. Mais trois mois après, en décembre 1362, il la répudie sans ménagement. Agnès est chassée, sans autres affaires que ce qu'elle porte, et se réfugie à la cour de son frère, Charles II de Navarre. Gaston III prétexta que la dot d'Agnès n'avait pas été complètement payée par la famille de Navarre, ce qu'attestent les archives. Toutefois, la réelle raison de cette répudiation d'Agnès après 13 ans de mariage et seulement 3 mois après la naissance de l'héritier n'est pas bien connue, et les conséquences seront lourdes pour Gaston Fébus7.



Pau
avatar
Admin
Admin

Messages : 4
Date d'inscription : 09/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://domainelyzabaudry.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum